Des avatars contre les fake news

Les enseignants et enseignantes des Grisons travaillent en étroite collaboration avec la Radiotelevisiun Svizra Rumantscha (RTR) pour que la prochaine génération puisse se repérer dans la jungle médiatique et soit bien armée contre les fake news. Dernier projet en date: un studio d’information virtuel.

Une activité scolaire particulière est prévue ce matin à Brigels: toute l’école secondaire peut participer à une visite virtuelle du studio. Quelque 30 élèves choisissent leur avatar préféré sur leur ordinateur portable, puis s’engouffrent dans le salon virtuel. Là, les élèves se familiarisent d’abord avec leur avatar et essaient les commandes – un saut par-ci, un mouvement particulier par-là. Mais ce sont des contenus importants qui les attendent dans la salle virtuelle: Comment reconnaît-on les fake news? Quels sont les exemples concrets? Quelles en sont les conséquences?

«
Notre objectif est d’aller chercher les élèves dans leurs centres d’intérêt et les sensibiliser.»
Flavio Bundi, rédacteur en chef de la RTR

La visite du studio virtuel est l’un des nombreux projets que la Radiotelevisiun Svizra Rumantscha (RTR) propose aux écoles (voir encadré). La préparation de cette matinée spéciale a nécessité de nombreuses réflexions et un travail conceptuel. «La question de départ était de savoir ce qu’est le service public pour les jeunes», explique Flavio Bundi, rédacteur en chef de la RTR et responsable du projet. Selon lui, la promotion de la compétence médiatique constitue l’une des réponses à cette question. «Notre objectif est d’aller chercher les élèves dans leurs centres d’intérêt et les sensibiliser à la gestion des fake news. En effet, il s’agit là d’un grand défi dans notre monde de l’information qui évolue rapidement. Précisément pour les jeunes».

Image

Flavio Bundi, rédacteur en chef de la RTR

Sensibiliser de manière ludique

Ce salon virtuel correspond exactement au studio d’information réel de la SRG dans la maison des médias à Coire. Spécialisée dans les contenus virtuels, l’entreprise Bandara a mesuré le studio et l’a transformé en espace virtuel. Des présentations, des discussions, des vidéos, des contributions audio et des graphiques, mis en ligne au préalable par l’équipe de production, attendent désormais les élèves dans le salon. Il existe même un espace dédié aux médias sociaux, qui est régulièrement inondé de posts, afin de démontrer la quantité d’informations disponibles.

Ce salon virtuel correspond exactement au studio d’information réel de la SRG.

«
C’est un véritable service public.»
Ivo Fry, professeur à l’école secondaire de Brigels

Ivo Fry, professeur à l’école secondaire de Brigels, a déjà participé avec ses classes à de véritables visites guidées du studio. «Se retrouver pour une fois directement dans le studio sans avoir à se déplacer simplifie beaucoup de choses», dit-il. «La visite virtuelle va en outre chercher les jeunes dans leur propre univers d’expérience et les sensibilise de manière ludique et passionnante à leur consommation de médias». Profiter de la compétence journalistique et d’exemples réels de la RTR soutient l’école dans ses efforts dans ce domaine, dit-il. «C’est un véritable service public».

Nouvelles relations au sein de l’entreprise de médias RTR

Flavio Bundi, rédacteur en chef de la RTR, y voit lui aussi des avantages: «Outre la compétence médiatique que nous encourageons et soutenons, nous créons des expériences “wow” et une relation avec la jeune génération». Selon lui, de telles rencontres sont durables. «Nous le constatons lorsque des jeunes frappent plus tard à notre porte, pour solliciter une place d’apprentissage ou un emploi, ils nous parlent justement de tels contacts directs».

À l’école secondaire de Brigels, les retours sur la visite du studio virtuel sont en tout cas majoritairement positifs: «J’ai aimé le fait que l’on puisse se promener avec un personnage et résoudre des problèmes». Ou encore: «Potasser le programme comme dans un jeu vidéo: cool». D’autres élèves pensent déjà à la prochaine pandémie et se féliciteraient d’un enseignement virtuel – du moins en partie. «Mais je ne peux pas m’imaginer apprendre uniquement de cette manière. On n’a pas de contact direct en présentiel et personne ne remarque si on écoute ou non». La promotion de la pensée critique et de la remise en question porte manifestement déjà ses premiers fruits, et pas seulement en ce qui concerne les fake news.

Les offres de la RTR pour les écoles

Compétence médiatique pour les élèves du secondaire:
Dans cet atelier d’une journée, les élèves du secondaire produisent leurs propres reportages. Les jeunes travaillent de manière créative et discutent de thèmes tels que les fake news, l’apprentissage de la participation ou encore l’impact des jeux.

Découverte du monde des médias pour les élèves de l’école primaire:
Les enfants créent leur propre émission de A à Z, du choix du thème à la production en passant par la recherche. Ils apprennent ainsi quelles sont les règles journalistiques importantes ou comment raconter des histoires de manière créative.

Semaine de projet pour les jeunes:
Au cours de cette semaine de projet, les jeunes réalisent leurs propres émissions. Ils définissent les thèmes, effectuent des recherches et produisent l’émission. La RTR les soutient dans cette démarche et encourage leurs compétences en matière de mise en œuvre et de participation.

Visite du studio virtuel:
Lors de la visite du studio virtuel, les élèves apprennent notamment à reconnaître les fake news et sont sensibilisés de manière ludique à leur consommation de médias

Découvrez ici toutes les offres d’éducation aux médias de la RTR.

Daniela Huwyler, décembre 2023

Commentaire

Rouge, orange ou vert: un feu de signalisation pour les fake news

Des élèves de l’école professionnelle bricolent des outils pour vérifier la véracité des infos. Une initiative soutenue par la SSR.

Minisguard: des enfants derrière la caméra

Dans l’émission Minisguard de la RTR, les élèves sont aux commandes: ils définissent les thèmes, effectuent des recherches, filment et font le montage. Ce faisant, ils apprennent également à remettre en question les informations et à les partager de manière responsable.

Création d'une organisation faîtière pour la promotion des compétences médias

Mise en réseau et information, offres de formation, événements, recherche média et études: autant de façons pour la SSR, l’association Verlegerverband SCHWEIZER MEDIEN et Keystone-ATS, accompagnées par la fondation Mercator Suisse, de s'engager main dans la main, à l'ère de la désinformation croissante, pour promouvoir les compétences médias en Suisse. Sous l'appellation UseTheNews, ces différents acteurs rassemblent de multiples initiatives et projets et contribuent ainsi à renforcer la démocratie.