Des informations étayées plutôt que des proclamations d'expert·e·s de la terre plate

Les Hautes Écoles et la RTS se sont associées pour développer une plateforme d’informations scientifiques.

Crise climatique, débâcle bancaire ou mutations du coronavirus – ce sont autant de sujets à propos desquels on trouve rapidement des informations sur Internet. Mais quelles sont les informations provenant d’«expert·e·s» autoproclamé.e.s et suspect.e.s et quelles sont les sources scientifiquement étayées?

Image

Extrait du site web Avis d’experts

En 2020, avec son initiative «Verifed», l’ONU a aussi abordé le thème de l’accès à des informations fiables. Les journalistes, qui transmettent et publient quotidiennement des contenus, sont également mis à contribution.

La plateforme est une coopération entre les universités et la RTS.

Le «Triangle Azur», un réseau de coopération des universités de Genève, Lausanne et Neuchâtel en collaboration avec la RTS, a développé une réponse à cette question en Suisse romande il y a dix ans déjà. Il s’agit de la plateforme en ligne Avis d’experts.

La plateforme dispose désormais d’environ 13’400 contributions vidéo et audio sur des thèmes des sciences naturelles et de l’environnement, de la santé et de la médecine, du monde et de la société. Si l’on tape par exemple le terme «climat», il apparaît alors environ 550 contributions et 40 expert·e·s. Non seulement les spécialistes des trois universités romandes ont trouvé leur place sur la plateforme, mais 34 partenaires d’autres hautes écoles et instituts de recherche suisses y ont désormais été intégrés. Il s’agit donc d’une collection de nombreuses contributions académiques qui analysent et classent objectivement les événements actuels.

«
L’objectif est d’améliorer encore la plateforme pour les journalistes. Nous voulons qu’ils trouvent rapidement la bonne experte ou le bon expert  […]»
Agathe Chevalier, la responsable «Avis d’experts»

Cette plateforme est ouverte à tout le monde et pas uniquement aux journalistes. Elle est optimisée en permanence: «L’objectif est d’améliorer encore la plateforme pour les journalistes. Nous voulons qu’ils trouvent rapidement la bonne experte ou le bon expert, car beaucoup se décrivent comme tel·le·s», a expliqué la responsable Agathe Chevalier dans le cadre d’une conférence de l’Initiative pour l’innovation dans les médias.

Le projet d’avenir «CompaSciences» constitue la prochaine étape. Pour chaque thème, chaque terme, il devrait être possible d’obtenir une analyse de qui a parlé ou écrit sur le sujet et de qui fait de la recherche. De nouvelles personnes issues de la recherche et expertes dans leur domaine seront ajoutées à la plateforme. Le projet devrait être lancé en août 2023 et rendre la plateforme « Avis d’experts » plus attrayante encore.

Les informations fiables sont importantes pour la démocratie suisse

La SSR s’engage en faveur d’informations dignes de confiance. Elle le fait aussi bien via des partenariats et des coopérations externes que via ses programmes.

17 pour cent des contributions des unités de la SSR sont consacrées à la formation – des thèmes issus des sciences, comme la médecine, du monde animal et de la nature, de l’économie et de la protection des consommatrices et consommateurs, de l’histoire, de l’art, des médias, des voyages et de la culture.

Henriette Engbersen, avril 2023

Des avatars contre les fake news

Les enseignants et enseignantes des Grisons travaillent en étroite collaboration avec la RTR pour que la prochaine génération puisse se repérer dans la jungle médiatique et soit bien armée contre les fake news. Dernier projet en date: un studio d’information virtuel.

Minisguard: des enfants derrière la caméra

Dans l’émission Minisguard de la RTR, les élèves sont aux commandes: ils définissent les thèmes, effectuent des recherches, filment et font le montage. Ce faisant, ils apprennent également à remettre en question les informations et à les partager de manière responsable.

Un livre pour enfants contre les fake news

Des élèves des écoles professionnelles développent leurs propres idées commerciales dans le cadre du programme d’apprentissage «myidea». Lors du concours «My Challenge», à Olten, un prix est décerné pour la première fois au meilleur projet contre les fake news. La SSR soutient ce prix qui récompense le meilleur projet dans la catégorie «Fake News».