Les personnes sourdes bientôt à l’émission de débat Infrarouge?

«En collaboration avec la SSR, nous avons la motivation d’améliorer constamment l’accès pour les personnes sourdes», déclare Julien Kurt de Swiss TXT. C’est ainsi que la filiale de la SSR travaille sur des avatars pour la langue des signes. Du point de vue de la Fédération suisse des sourds, c’est une avancée qui permet aux personnes avec une déficience auditive de mieux participer à la vie sociale.

Pour les personnes malentendantes, la langue des signes est leur langue maternelle. C’est pourquoi suivre un programme télévisé avec des sous-titres cause déjà pas mal de difficultés. L’idéal serait de faire intervenir un·e interprète en langue des signes à chaque émission, mais cela coûte cher et demande beaucoup de travail. Il faut pour cela un·e interprète qui se déplace spécialement dans les studios et qui traduit en direct le programme en cours.

«
Dans le nouveau projet, on copie l’être humain; la traduction fonctionne ainsi mieux. L’avenir dira si elle rencontre plus de succès.»»
Tatjana Binggeli, directrice générale de la Fédération suisse des sourds

C’est pourquoi Swiss TXT mise sur des assistants numériques dans le cadre d’un nouveau projet: la filiale de la SSR travaille sur des avatars pour la langue des signes. La Fédération suisse des sourds SGB-FSS y voit un grand potentiel: «Aujourd’hui déjà, on utilise des avatars, par exemple pour la météo ou pour annoncer les retards de trains», explique sa directrice générale, Tatjana Binggeli. Mais jusqu’à présent, il n’était possible de traduire en signes que des phrases rudimentaires. «Dans le nouveau projet, on copie l’être humain; la traduction fonctionne ainsi mieux. L’avenir dira si elle rencontre plus de succès.»

Un avatar étonnamment réel

Le projet Avatar de Swiss TXT fait partie du vaste projet de recherche européen Content4All. Dans ce cadre, les avatars modèles déjà connus aujourd’hui sont développés en avatars tridimensionnels, appelés realatars. Ces derniers se déplacent de manière si naturelle et réelle qu’une personne avec une limitation sensorielle peut facilement suivre les mouvements et donc la parole.

Content4all – La langue des signes du futur

«
Comme service particulier, il sera possible de choisir le sexe, l’âge et même l’apparence de l’avatar, ce qui créera une proximité supplémentaire.»
Julien Kurt, responsable de la communication de Swiss TXT

Le principe derrière le développement des realatars est en apparence admirablement simple: l’audio existant d’une vidéo est directement traduit dans la langue des signes de l’avatar. Tous ses mouvements ont été préalablement filmés en trois dimensions chez une personne réelle, et ces informations enregistrées alimentent le realatar. Il peut ainsi exécuter le signe de manière convaincante et réelle.

Image

Realatars au smartphone

Aussi simple que cela puisse paraître, le processus est complexe: «En fait, la moindre imprécision dans les mouvements de l’avatar entraîne une incompréhension du contenu», indique Julien Kurt, responsable de la communication de Swiss TXT. De premiers tests opérationnels sont en cours. L’objectif est de continuer à améliorer la qualité des realatars, afin qu’ils soient le plus rapidement possible à la disposition des consommatrices et consommateurs. «Comme service particulier, il sera possible de choisir le sexe, l’âge et même l’apparence de l’avatar, ce qui créera une proximité supplémentaire.»

«La télévision joue un rôle important»

Ancien directeur régional Suisse romande de la Fédération suisse des sourds, Stéphane Beyeler, se réjouit de cette évolution. «Les enfants sourds en particulier ont besoin de modèles bons et clairs», dit-il. La langue des signes est très complexe et se compose aussi bien de gestes que de mimiques. De plus, elle a sa propre grammaire. «Une langue des signes correcte est importante pour que les enfants puissent l’apprendre correctement et développer leur propre identité. La télévision joue ici un rôle important.»

«
Le fait que la SSR soit motivée pour s’améliorer en permanence dans ce domaine est un atout pour nous. Les personnes avec un handicap peuvent ainsi participer plus facilement à la vie sociale.»
Laura Sciuchetti. de la section tessinoise de la Fédération suisse des sourds

Laura Sciuchetti, de la section tessinoise de la Fédération suisse des sourds, abonde dans le même sens: «Pour moi, ce projet a un énorme potentiel de développement.» En effet, les sous-titres ne sont pas toujours disponibles. «Grâce aux avatars en langue des signes, les personnes sourdes peuvent suivre le programme de manière tout à fait naturelle. Le fait que la SSR soit motivée pour s’améliorer en permanence dans ce domaine est un atout pour nous. Les personnes avec un handicap peuvent ainsi participer plus facilement à la vie sociale.»

Une application de traduction dans les starting-blocks

Sur la base du projet Content4All, un autre projet est déjà dans les starting-blocks: Easier. L’avatar de Content4All est intégré dans une application. Celle-ci peut traduire les signes en texte via la reconnaissance d’image, puis en langage parlé – et inversement. Un pas de plus vers une plus grande accessibilité, selon Julien Kurt de Swiss TXT. «Il serait alors possible pour une personne sourde de participer à une émission de débat comme Arena sans la présence physique d’un·e interprète.»

 

Daniela Huwyler, octobre 2023

 

Commentaire

Un feed-back sans ménagement

Dans le cadre d’ateliers, nous avons demandé aux élèves des écoles professionnelles quelles étaient leurs attentes par rapport à la SSR.

L’alunissage dans le salon - l’histoire de la SSR

Limportance de la SSR pour la société est perceptible dans les histoires de vie des personnes qui ont grandi avec elle. Voici lune de ces histoires: celle dIrma Murri, ma grand-mère. Et celle de la SSR. 

«Ce n’est pas quelque chose que l’on apprend dans un cours d’allemand»

Les médias font partie de lidentité nationale. Musique, humour, actualités une grande partie de ce qui caractérise un pays peut être découverte par le biais dun écran et de haut-parleurs. Mais quen est-il pour les personnes qui viennent darriver dans un pays? Nous avons demandé à quatre personnes dAfrique du Sud, dIrlande, de Colombie et du Portugal quel rôle joue la SSR dans leur utilisation des médias.